Illettrisme et CP

jeudi 7 octobre 2004
par  Sud éducation 66

Le rapport de l’Inspection Générale de l’éducation Nationale établissant un premier bilan du plan de prévention de l’illettrisme au cours préparatoire en 2003/2004 est disponible sur le site de la documentation française :

[lien mort]

En dehors du style caractéristique des rapports publics « intermédiaires » qui consiste à ne surtout pas anticiper du devenir de telles expérimentations, ce court texte (30 pages) a cependant quelques mérites.

Pour peu que l’on sache : lire entre les lignes, réorganiser les chapitres d’une manière plus professionnelle et que l’on ait la modeste expérience de la pratique quotidienne de la classe, on en extrait très rapidement l’essentiel.

La confirmation du caractère essentiellement « médiatique » de telles expérimentations dont on ne cherche nullement à montrer l’efficacité (ou l’inefficacité) mais qui révèle l’action politique traditionnelle : « Vous voyez, j’ai fait quelque chose ! »

La confirmation de l’amateurisme coupable dans la conception du projet : cahier des charges très flou, champ d’application incertain, temps de préparation et de concertation sur le terrain proche de zéro, ... aboutissant à une mise en application rapidement orientée par l’unique préoccupation des moyens humains à déployer...
Enfin l’habituelle course de vitesse éludant les indispensables concertations préalables entre les divers acteurs de la communauté éducative qui sont les seules garanties du sérieux de tels projets !

Un petit extrait : [...Le dispositif décidé au niveau central a été très rapidement mis en oeuvre sur le terrain ; les autorités académiques ont eu le souci de répondre à la demande du ministre dans les délais impartis. De ce fait, l’implantation a été réalisée en fonction des possibilités qu’offrait la gestion des moyens et des personnels plus qu’en fonction des besoins. Il n’a guère été possible de concevoir des cohérences avec les politiques existantes, par exemple avec les contrats de réussite des réseaux d’éducation prioritaires, ni de se fonder sur des projets réfléchis formulés par des équipes pédagogiques...]

Pour vous en convaincre, les pages 32 et 33 s’intitulent Propositions et sont souvent intéressantes, principalement celles parlant de formation initiale et continue...
Il est dommage qu ’elles n’aient pas été un prélude indispensable pour garantir l’efficacité du plan.
Elles auraient pu éviter une longue partie du rapport qui juge des pratiques des enseignants et occulte ainsi partiellement les carences du projet lui-même.

Pour finir sur une note positive, voici un autre bilan à consulter sur le même thème, le dispositif CP à effectifs réduits ou à encadrement renforcé dans le Val de Marne :

[lien mort]

Francis Maury


Navigation