Fermeture des centres de rétention, arrêt des expulsions et régularisation de touTEs les sans-papiers

jeudi 12 juin 2008
par  Sud éducation 66

Communiqué de la Fédération Sud éducation

La Fédération SUD Éducation dénonce le montage médiatique, politique et judiciaire dont sont victimes Bruno et Ivan. Ils ont été arrêtés le samedi 19 janvier 2008, une journée nationale de manifestations contre les centres de rétention, en se rendant au centre de rétention de Vincennes. Ils étaient en possession d’un fumigène artisanal et ont été placés immédiatement en garde à vue.

Ils sont depuis cette date maintenus en détention préventive, dans les prisons de Fresnes et Villepinte. Une informations judiciaire est ouverte pour « association de malfaiteurs, rétention et transport d’engins incendiaires ou explosifs en vue de détruire des biens ou de commettre des atteintes aux personnes ». Un juge « anti-terroriste » est en charge de l’affaire. Cette arrestation, précédant de peu les élections municipales, a été utilisée pour stigmatiser l’« extrême-gauche » au travers de différents communiqués repris avec zèle par les médias. Michèle Alliot-Marie affirmait dimanche 10 février « craindre » en France le « terrorisme d’extrême gauche » : « Un certain nombre de groupuscules d’extrême gauche », qui « il y a quelques mois se contentaient d’invectives ou de provocations sont ensuite passés à des cocktails molotov » (sic.).

La Fédération SUD Éducation apporte son soutien plein et entier à Bruno et Ivan, demande leur libération immédiate, ainsi que la levée des charges indûment retenues contre eux. De nombreuses actions de solidarité ont lieu partout en France.

L’emprisonnement d’Yvan et Bruno ne doit pas faire taire le mouvement de solidarité envers les sans papiers enferméEs dans les centres de rétention. Continuons à nous rassembler devant ces murs de la honte lors des appels à manifestation lancés par les collectifs de soutien et faire entendre la voix des sans-papiers emprisonnéEs !


Navigation

Mots-clés de l’article