UN DOIGT DANS BASE ÉLÈVES... ET C’EST L’ENGRENAGE

mercredi 12 mars 2008
par  Sud éducation 66

Par la Ligue des droits de l’Homme – Section de Toulon

Un document diffusé dans le département de l’Indre confirme — s’il en était besoin — que, une fois base élèves mis en place, cette machine à ficher les enfants ne pourra que se développer.

Le 17 décembre 2007, Christian Arnaud, Inspecteur d’académie, Directeur des services départementaux de l’Education nationale de l’Indre, écrivait à ses directrices et directeurs d’écoles maternelles, élémentaires et primaires publiques.

Après s’être félicité de l’introduction avec succès de base élèves 1er degré dans son département, il annonçait la suite.

« Cette année, Base élèves premier degré est entrée dans sa phase de pleine exploitation :

Dans l’Indre, 90% des écoles ont pu procéder à la validation des effectifs constatés puis à celle des prévisions 2008/2009. A ce jour, tous les élèves du département sont saisis dans la base et chacun bénéficie maintenant d’un outil performant de gestion de l’école.
Du côté de l’administration, les engagements ont été tenus :

Au niveau départemental, suppression de l’enquête numéro 19, au niveau national, suppression des champs relatifs à la nationalité. Pour autant l’investissement de l’ensemble des acteurs : directeurs, services de l’inspection académique, équipes de circonscription, mairies doit rester entier. De nouveaux champs sont apparus : PPRE, compétences du socle commun, etc. Des prélèvements de données, générées par la base, permettront des analyses plus fines du profil des écoles, intégrant notamment les catégories socio-professionnelles (cf. « Fiche école », prochainement disponible dans BE1D).

Ces analyses, en allant au plus près de la réalité de chaque école, faciliteront la mise en place de réponses pédagogiques adaptées aux différentes situations, dans un objectif d’amélioration des résultats des élèves. A charge maintenant pour les utilisateurs de saisir toutes les données nécessaires pour bénéficier de l’ensemble des potentialités du logiciel. »

Vous avez bien lu : « de nouveaux champs sont apparus », « prélèvements de données », « catégories socio-professionnelles »...

Pour arrêter la machine à ficher les enfants, avant qu’il ne soit trop tard, signez :