FERMETURE DE CLASSE A L’ÉCOLE VICTOR DURUY DE PERPIGNAN

lundi 11 juin 2007
par  Sud éducation 66

Peu nombreux sont les collègues qui demandent, lors du mouvement des personnels, l’école Duruy. Pour rappel, il y a huit ans, tous les collègues avaient quitté l’école en même temps car ils ne s’étaient pas sentis soutenus par l’administration. Depuis, l’équipe est assez stable. Pour les remercier des services rendus à la communauté éducative et de leurs investissements, l’IA des PO a décidé la fermeture d’une classe. Cette décision remet en cause le projet pédagogique de l’école pourtant plébiscité par l’IEN.

Mars 2007 : une lutte commence. Occupation de l’école par les parents (pendant cinq jours), action de blocage d’un rond-point à l’entrée de la cité (ni article ni photo dans la presse locale. Pourtant, il est rare de voir la population de la cité se mobiliser). Les enseignants ne veulent pas être spectateurs et, solidaires du mouvement des parents, font grève (à souligner car plutôt rare) et manifestent le jeudi 22 mars. Malgré les diverses pressions et diffusions de rumeurs venant de l’administration, les collègues et parents restent mobilisés.

Rien à faire, l’IA ne veut pas revenir sur sa décision. Pour calmer la mobilisation on reconduit pour un an la demi décharge de direction qui devait passer à quart temps suite à la fermeture et l’assistant d’éducation attendu depuis plusieurs mois arrive au bout d’une semaine ! Dernière nouvelle en date : des PE2 les lundis pour remplacer les enseignants du cycle 3.

Une ré-ouverture dans un an, car les effectifs vont augmenter, est peu probable. En effet, il est difficile d’obtenir une ouverture par les temps qui courent. Les seuils d’ouverture sont revus à la hausse. Certaines écoles du département en savent quelque chose : 28 élèves par classe de moyenne et pas d’ouverture.

Cette lutte permet la rencontre entre les parents, les syndicats, les associations, les élus… Elle a aussi l’avantage d’éveiller les consciences et d’élargir à la problématique des ZEP en général : écoles ghettos dans un quartier ghetto, détournement de la carte scolaire, non ouverture dans certaines maternelles à 31 par classe (motif de l’IA : absentéisme des élèves gitans !), suppression de quatre postes au collège Jean Moulin…

Ne voulant pas abandonner et toujours désireux d’élargir le débat sur les ZEP, les collègues de Duruy ont convié les syndicats le 15 mai à une réunion. Étaient présents le SNUipp, SUD éducation, le SNUDI FO et aussi Blum élémentaire et maternelle.

Deux décisions ont été prises :

  • rencontre ZEP 1er et 2nd degré le mercredi 30 mai à 14h à l’école Duruy
  • demi-journée d’info syndicale ZEP le vendredi 15 juin à 13h30 à l’école Duruy.

Ces réunions permettront de faire un état des lieux des ZEP de Perpignan en liant le 1er et le 2nd degré et de se rencontrer sur le temps de travail pour préparer un cahier de doléances, un débat public ainsi qu’une action pour le CTP de rentrée.

SUD éducation 66 s’est fortement investi dans cette lutte et continuera à se mobiliser d’autant plus que la suppression de la carte scolaire et des ZEP est en préparation au ministère.

Benjamin Garcia